Musées & fondations

La Fête festival in Bangkok in May 2014

Festival La Fête à Bangkok en Mai 2014

Text of Val about her new Bangkok studio (May 2013)

Ces deux journées portes ouvertes célèbrent dix ans de travail soutenu, dix ans de vie intense, dix ans d’apprentissage continu, émaillés de joies, de peines, de difficultés, d’encouragements, de doutes mais toujours portée par la conviction profonde d’être à ma place dans cette recherche et cette aventure personnelle, pour oser suivre ma ligne directrice en toute liberté.

Mon espace de travail est normalement un espace jalousement protégé, un espace de concentration intérieure, de travaux physiques, de réflexion, d’efforts. Pour créer, je me mets à l’écoute, je regarde, je prends le temps, je ressens chaque geste, j’avance lentement et sûrement au rythme ressenti. L’atelier, cet espace protégé des aspérités du monde extérieur m’est indispensable pour faire vibrer et résonner les émotions enfouies et les apprivoiser avec mes mains.

Seule l’astreinte d’un travail rigoureux et régulier me permet d’atteindre la nécessaire concentration afin d’identifier et de saisir toutes ces images qui surgissent, ces sensations  fugaces, ces instantanés que je vais tenter de poser en sculpture.

Il me semblait important de partager cet anniversaire et cette inauguration en ouvrant mon univers de création non plus seulement aux collectionneurs mais plus largement, de partager ma passion, de montrer le travail de mon équipe, toutes les étapes nécessaires pour aller de la création en cire à la réalisation en bronze, toute la complexité d’un processus permettant de suivre les méandres de mes créations ou le plein et le vide dialoguent sans fin. Si nous réalisons le plein en bronze, le vide apporte toute la complexité à la réalisation de la sculpture. Le vide nous oblige à penser, à décomposer, à découper, à mesurer  pour réaliser et ensuite pour recomposer, assembler, retrouver cet équilibre énergisant entre pleins et vides.  [ + ]